Accéder au contenu principal

Singapour : cité des interdits !

Quand on entend parler la première fois de Singapour, on pense souvent à une ville ultra moderne et très propre. Et ce n'est pas faux. On la surnomme d'ailleurs la Suisse de l'Asie et pas que pour son côté paradis fiscal. Si elle est si propre, c'est en grande partie parce qu'il y a plein de "petites gens" (comprenez immigrés indiens, sri-lankais ou bangladais) qui sont tout le temps en train de nettoyer la ville pour un salaire de misère.

Mais c'est aussi et surtout parce qu'on vous rappelle sans cesse qu'il y a des interdits !


Ainsi, dans certaines boutiques, on vous rappelle qu'il est interdit d'apporter boissons et nourriture tout en vous indiquant que tout est filmé et enregistré !


Et souvent, on vous rappelle le montant de l'amende si jamais on avait, par exemple, l'idée de trimballer une bouteille de gaz de butane dans le métro.


Et puis, dans les transports en communs, il y a cette fameuse interdiction de transporter le durian ou king of fruits, ce fruit typique d'Asie du sud-est à l'odeur si particulière de pieds moisis ! Nous n'avons pas encore eu l'occasion de goûter car l'odeur est tellement forte que Miss Z. détecte les stands de durians à 500 mètres à la ronde. Peut-être prendrons-nous notre courage à deux mains un jour en commençant par une glace au durian ?



Plus surprenant, on trouve l'interdiction de cracher dans certains food-courts. En même temps, ça se comprend car quand on passe à côté d'un chinois (de Chine populaire s'entend...), c'est toujours désagréable de l'entendre se racler la gorge bruyamment et balancer son huître verte à 50 cm de vos pieds ! Apparemment, c'est une habitude qu'ils ont prise pour se purifier. Normal, quand la Chine est le plus grand producteur et consommateur de charbon pour faire tourner ses centrales électriques...

 

On aperçoit aussi, au rez-de-chaussée des HDB (l'équivalent de nos HLM), des pancartes interdisant de jouer au foot, de jeter des papiers par terre ou de faire du vélo et de la mobylette.


Ils vont souvent de paire avec celui indiquant que vos voisins vous surveillent et n'hésiteront pas à faire de la délation...


Dans les bus, on rappelle qu'il faut payer son ticket (pas vu un resquilleur en 6 mois) et qu'on ne vandalise pas les bus (ils sont plutôt en bon état, même les plus vieux). Quand à la règle qui dit qu'on n'agresse pas les chauffeurs, je dirais même que c'est plutôt eux qui nous agressent tellement ils conduisent brusquement en mettant des gros coups de freins et d'accélérateur à tout bout de champs. C'est qu'on est sacrément secoué dans un bus singapourien !



Et puis, parfois il y en a certaines dont on ne sait pas trop si on doit en rire : interdiction de faire du skate et de dormir sous les ponts ! Comment font les SDF ? Il n'y a pas de pauvreté à Singapour, me direz-vous. Ah si quand même : 12 à 14% des ménages singapouriens vivent avec moins de 5$ par jour...



En gros, quand on se promène à Singapour, même dans les parcs, on a intérêt à regarder à deux fois les pancartes de peur de se prendre une sévère amende. Il parait qu'on surnomme aussi Singapour The fine city ! Alors cité raffinée ou cité des amendes ?


Commentaires