Accéder au contenu principal

3 jours à Kyoto

Dernière étape de notre séjour au Japon, nous passons trois jours dans la ville de Kyoto connue pour être la ville aux mille temples. Avec une population estimée à un million et demi d'habitants, elle fait presque figure de petite ville calme comparée aux 37 millions de la tumultueuse mégalopole Tokyo visitée en début de séjour.

Le premier jour, nous nous dirigeons vers le quartier d'Higashiyama où se trouve par exemple le temple Chion-In.


En plus, la Golden Week étant passée, nous retrouvons quasiment seuls dans les temples.


Cela rajoute du charme au côté zen de ces lieux,


où l'on croise de temps en temps des moines.


Parfois, il y a comme une petite ressemblance avec le jardin japonais de Compans...



C'est l'endroit idéal pour méditer,


ou juste observer la beauté des lieux.


Miss S. s'essaye même à la traditionnelle cérémonie du thé (à base de matcha, une poudre très fine de thé vert moulu).


On continue notre balade en passant à côté d'une forêt de bambous,


encore plus impressionnante de l'intérieur.


A cette époque de l'année, il fait très bon, entre 20 et 25°. Ce qui est relativement frais comparativement à la chaleur équatoriale de Singapour. Mais un peu d'ombre ne nous fait pas de mal.


Temples et sanctuaires sont toujours impeccablement entretenus,


 avec des gens qui balaient à longueur de journée.


On croise beaucoup de japonais et pas autant de touristes étrangers qu'à Tokyo.


Toujours autant de japonaises en kimonos, 


que l'on peut acheter ou louer pour quelques heures. Et ils ne sont pas "sales" mais en soldes, n'est-ce pas Papi L. ?


En nous dirigeant vers le temple Kiyomizu-Dera, nous empruntons plusieurs rues piétonnes assez touristiques où l'on a un peu l'impression d'être dans le Villefranche-de-Conflent japonais...


Les miss ont même trouvé des chaussettes adaptées aux tongs !



Nous arrivons pour le coucher du soleil au temple Kiyomizu-Dera qui est l'un des endroits les plus célèbres de la ville puisqu'il a été enregistré au patrimoine mondial culturel de l'UNESCO en 1994. Malheureusement, il était en restauration. Nous ne l'avons donc observé que de l'extérieur.


Le lendemain matin, nous allons visiter la bambouseraie d'Arashiyama qui est une forêt de bambous géants située près du pont Togetsukyo au nord-ouest de Kyoto. Malheureusement, nous avons été assez déçus car il y avait une foule de touristes et photographes amateurs. En plus, la traversée est assez courte et se fait à pieds sur seulement quelques centaines de mètres.


En repartant, nous passons par la gare de Kyoto où nous remarquons ces étranges distributeurs devant un restaurant. C'est l'heure de manger et notre train pour la visite de l'après-midi n'est que dans une grosse demi-heure. On passe alors commande sur les machines automatisées et munis du ticket, on se présente au comptoir où notre soupe est préparée sous nos yeux en 2 minutes chrono !


On se prend alors au jeu et on fait comme les hommes d'affaires pressés qui mangent leur soupe de nouilles rammen debouts au comptoir.


Miss Z. n'étant pas une grande fan des soba et rammen, elle aura droit à son onigri, sorte de triangle de riz farci dont elle raffole.

L'onigiri est une préparation culinaire japonaise consistant en une boulette de riz, généralement enveloppée d'une algue nori et souvent de forme triangulaire ou ovale. Les onigiri ne sont pas réellement considérés comme un mets par les Japonais, mais plutôt comme un en-cas que l'on peut consommer par exemple lors d'un pique-nique ou à n'importe quel moment de la journée. Ce sont de véritables sandwichs de riz particulièrement populaires et bien ancrés dans la tradition culinaire japonaise. Ils sont le plus souvent fourrés d'une umeboshi, une petite prune séchée extrêmement salée, mais ils peuvent également renfermer du poisson grillé, comme du saumon, du thon ou autre ingrédient salé ou aigre.


C'est le fast-food à la japonaise !


L'après-midi, nous arrivons à Fushimi Inari Taisha qui est un sanctuaire shintoïste fondé en 711 et dédié aux divinités de l'agriculture.


Il y a pas mal de touristes et aussi de nombreuses écoles japonaises.


Ce sanctuaire est surtout connu pour ses milliers de torii de couleur vermillon formant un chemin sur la colline sur laquelle le temple est construit. Ces torii sont pour la plupart des dons faits par des particuliers, des familles ou des entreprises. Le nom des donateurs figure souvent sur les montants du torii. Le coût d’un torii valait en août 2016 entre 175 000 et 1 302 000 yens (entre 1 400 et 10 400 euros)


Miss Z. y a même trouvé le sien !


C'est un endroit hyper photogénique dès que l'on arrive à s'éloigner des hordes de touristes !


Et il y a une jolie petite balade en pleine forêt,


où l'on se retrouve seuls avec le bruit du vent dans les feuilles de bambous !


On continuer de monter jusqu'au sommet situé à 233 m d'altitude.


Plus personne au sommet à part certains membres d'une famille venus paisiblement vénérer les siens. 


Lorsque nous quittons ce lieu de quiétude absolue, nous repasssons par l'immense gare de Kyoto grouillant de voyageurs. Ce contraste sidérant résume bien le Japon, à la fois très traditonnel et ultra-moderne.


On passe par hasard devant un Café du Monde qui nous rappelle nos années à New Orleans... il y a déjà 10 ans. Car oui, le plus connu d'entre eux est situé sur la rue Decatur dans le French Quarter de La Nouvelle-Orléans en Louisiane. Il est surtout connu pour son café au lait et ses beignets typiquement français. 



Le lendemain matin, nous commençons la journée par une visite d'une petite librairie de mangas.


Et je rajeunis de 30 ans quand je tombe devant toute une série de Captain Tsubasa, plus connue en France sous le nom d'Olive et Tom. C'est juste le dessin animé qui m'a donné envie de jouer au foot...


Mais attention aux yeux prudes, car il y en a aussi pour les plus grands !


Nous poursuivons vers le marché couvert de Nishiki, 


avec des étals de poissons en tout genre,


dont ces minuscules joyeux dont raffolent tant Miss S !



Tout le long de la balade, on nous propose de goûter des échantillons de nourritures en tout genre, de la cacahuète au wasabi, en passant par le verre de saké traditionnel ou la glace au thé vert !



On croise aussi des collégiens tout juste sortis du dessin animé Le collège fou fou fou !


Et plus on s'approche des temples, plus on en croise !


Ils font certainement un travail sur le poids des traditions avec leur prof d'histoire-géo. En tout cas, on remarque que ça ne bronche pas. Rien à voir avec un groupe d'ados français ! 


Nous finissons la journée par une balade un peu pluvieuse le long du sentier la philosophie, un chemin pédestre qui suit un canal aligné de cerisiers entre Ginkaku-ji et Nanzen-ji.


La pluie aidant, nous nous arrêtons prendre un dernier thé avec vue sur les jardins zen.


Et alors que la nuit tombe, nous découvrons par hasard un temple illuminé par des lampions. C'est juste magique !


A vous de trouver l'intrus parmi ceux qui sont sur la photo !



Et voilà, c'est la fin de ce séjour au Japon. On repart avec le shinkansen pour Tokyo avant de revenir à Singapour avec des images plein la tête. Il n'y a qu'à compter le nombre de photos présentes uniquement dans cet article sur Kyoto pour s'en rendre compte !

Une chose est sûre, on reviendra au Japon. On ne sait pas encore quand mais on reviendra...

Commentaires

  1. Bonjour, Très beau récit et félicitations pour le nouveau design du blog. bonne continuation.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci. Design aux couleurs du drapeau de Singapour. Rouge et blanc...

      Supprimer

Enregistrer un commentaire