Accéder au contenu principal

Le fameux système éducatif de Singapour

Il y a quelques semaines, la presse française a publié le classement du nouveau rapport PISA qui classe Singapour en tête dans les 3 catégories étudiées, c'est-à-dire en sciences, mathématiques et en compréhension de l'écrit.


Mais qu'est-ce que c'est le rapport PISA au juste ?
Le programme PISA (acronyme pour « Program for International Student Assessment » en anglais, et pour « Programme international pour le suivi des acquis des élèves » en français) est un ensemble d'études menées par l'OCDE et visant à mesurer les performances des systèmes éducatifs des pays membres et non membres. Les enquêtes sont menées tous les trois ans auprès de jeunes de 15 ans dans les 72 pays membres de l'OCDE ainsi que dans de nombreux pays partenaires et aboutissent à un classement, dit "classement PISA". La première enquête a été menée en 2000, la dernière a été menée en 2015 et publiée en décembre 2016.
Sources : Wikipedia

Pourquoi ces résultats ? En partie grâce à la fameuse méthode de mathématiques de Singapour. Le principe est simple : les notions (addition, multiplication, fractions, nombres décimaux, etc.) sont étudiées en profondeur jusqu’à ce que les élèves les maîtrisent complètement. La méthode repose sur une méthode explicite : les concepts sont expliqués clairement et brièvement, puis immédiatement mis en application dans la résolution de nombreux problèmes. En résolvant une grande variété de problèmes différents, les élèves sont encouragés à comprendre en profondeur les démarches mathématiques.

En savoir plus sur la pédagogie explicite : http://fr.wikipedia.org/wiki/Pédagogie_explicite

Mais ce n'est pas la seule raison de cette réussite au classement PISA. Il y a aussi le fait que 8 enfants Singapouriens sur 10 prennent des cours particuliers de soutien scolaire et parfois dès l'âge de 3 ans ! Les centres de tutoring pullulent et il y en aurait plus de 800 dans la Cité-Etat. On en trouve dans tous les malls de la ville, c'est-à-dire quasiment à chaque coin de rue.


En ajoutant ces heures de soutien scolaire à leur emploi du temps, certains enfants ont carrément des agendas de ministre en finissant leur journée parfois à 22h. Le but ultime étant d'obtenir un excellent score à l'examen de fin de primaire, le fameux PSLE (Primary School Leaving Examination). Cet examen évalue les compétences des élèves Singapouriens dans 3 domaines : la langue anglaise ainsi que la langue de leur ethnicité (mandarin, tamoul ou malais), les mathématiques et les sciences pendant 2 heures sur chacune de ces disciplines.

Et c'est de ce score que dépendra l'obtention d'un bon collège qui lui-même permettra d'aller dans un bon lycée et faire des études supérieures dans une université renommée de Singapour ou à l'étranger. Au mois de novembre, à l'approche de la fin d'année scolaire singapourienne, parents et enfants ont donc une pression incommensurable sur les épaules à cause cet examen que l'on peut déjà assimiler à un baccalauréat passé à l'âge de 10 ans !

Pour en savoir plus, je vous propose d'écouter cette émission 7 milliards de voisins qui a été diffusée il y a quelques jours sur la radio RFI et qui parle justement du système éducatif singapourien.

Commentaires