Accéder au contenu principal

J'adore le nasi lemak !

Aujourd'hui, je voudrais vous faire découvrir le nasi lemak, un de mes plats préférés de Singapour pour changer du traditionnel chiken rice que j'adore aussi par ailleurs.

Le nasi lemak est un plat originaire de la cuisine traditionnelle indonésienne et malaise et que l'on trouve très souvent dans les food-court de Singapour. En malais (et en indonésien), nasi lemak veut dire littéralement « riz dans la crème ». On prépare le nasi lemak en faisant bouillir du riz dans du lait de coco. Souvent, on ajoute des feuilles de pandan pandanus (non je ne ferai aucun jeu de mot sur le drôle de nom de cette plante !) dans la mixture bouillante de façon à donner plus de parfum au plat. Parfois, certains cuistos y ajoutent même du gingembre et de la citronnelle.


Traditionnellement, ce plat est servi avec des rondelles de concombre, des anchois séchés, des cacahuètes rôties, du sambal (une pâte de piment) et des légumes marinés. Très souvent, il est accompagné de poulet frit et d'œuf au plat (cuit des deux côtés !) .


Bon j'avoue que parfois, je teste des combinaisons surprenantes, avec du chou au curry ou des aubergines marinées !


Mais surtout, il y a un très célèbre food-court à 5 minutes à vélo (électrique) de chez nous, qui est très réputé pour son nasi lemak. Et qui est ouvert jusqu'à 3h du matin !


Et c'est vrai que pour 4 à 5 dollars le plat, il y a un large choix d'accompagnement. Et on a envie de tout goûter !


Un peu à l'image de ces food-courts de Singapour qui ont obtenu une étoile au guide Michelin récemment, ce petit boui boui qui ne paye pas de mine a également beaucoup d'articles dithyrambiques le concernant. Et même les chauffeurs de taxi nous le recommandaient en passant devant...


C'est juste qu'il faut être un peu motivé quand même car il y a souvent la queue avec 15 à 20 minutes d'attente à chaque fois. Mais bon, certains Singapouriens sont prêts à traverser la ville rien que pour manger là alors on peut bien patienter un peu le vendredi soir quand on a eu la flemme de cuisiner.

Commentaires