Accéder au contenu principal

J1-J2 : Siem Reap et les temples d'Angkor

Pour ces vacances de Toussaint, nous décidons d'aller visiter le Cambodge et d'aller voir les fameux temples d'Angkor. Et une fois n'est pas coutume, nous n'avons pas pris de compagnie low cost telle que Air Asia (qui avait pourtant un vol direct depuis Singapour) pour y aller ! C'est la compagnie Malaysia Airlines, via une courte escale d'une heure à Kuala Lumpur, qui était imbattable au niveau du prix des billets Singapour - Siem Reap. Si on omet la disparition du vol MH370 et l'explosion d'un autre avion quelques mois plus tard au dessus de l'Ukraine, elle n'en reste pas moins une très bonne compagnie aérienne (d'après les classements mondiaux tels que Skytrax). Et c'est vrai que les deux dernières catastrophes aériennes qu'elle a subies lui ont fortement coûté en réputation comme en perte financière. C'est peut-être la raison pour laquelle les billets étaient si bradés...


C'est donc à bord d'un Boeing 737 de la compagnie nationale malaisienne que nous atterrissons à Siem Reap. Une fois les formalités de visa effectuées, c'est à bord d'un touk-touk envoyé par l'hôtel dans lequel nous avions réservé une chambre que nous traversons la ville de Siem Reap.


On commence à avoir l'habitude maintenant en Asie après notre séjour à Hanoï, mais le chauffeur de touk-touk sait vraiment zigzaguer habilement entre les voitures et les mobylettes qui viennent à contre-sens ! De toute façon, la mobylette est le moyen de transport le plus répandu et sert à toute sorte de marchandises.

Des bouteilles de gaz, 

des meubles de toutes tailles,

des sacs de riz,


ou même des personnes sans restriction de nombre ! 


Nous faisons un petit tour à pied rapide dans la ville de Siem Reap. Cette "petite ville" de 175 000 habitants en plein développement du fait de l'attraction touristique que représentent les temples d'Angkor possède une architecture de style colonial notamment dans le quartier français et autour du Vieux Marché que nous visiterons plus longuement les jours suivants.


La nuit tombant vite (aux alentours de 18h), nous allons plutôt nous détendre avant la grosse journée de visites de temples du lendemain dans un des des salons de massage aux prix imbattables ! A peine plus d'un euro pour une heure de foot massage. A ce prix-là, nous irons quasiment tous les jours !


Le lendemain, notre chauffeur de touk-touk attitré va nous promener de temple en temple.


Mais avant ça, il faut aller acheter les tickets pour les temples d'Angkor. C'est un vrai business au vue du nombre de touristes et encore nous n'étions pas à la saison haute. A 40 USD le pass pour 3 jours (pas obligatoirement consécutifs),  ça fait un sacré chiffre d'affaires !



On arrive alors enfin devant l'entrée sud d'Angkor Thom la cité royale construite par Jayavarman VII roi bouddhiste de l'Empire khmer qui régna à la fin du XIIème siècle et au début du XIIIème siècle.


La police des touristes est discrète mais bien présente, 


tout comme les étals en tous genre, pour vendre des jus de fruits frais ou autres babioles et souvenirs.

Miss Z. observe le Bayon, le temple central de l'ancienne ville d'Angkor Thom.

C'est un des « temples-montagnes » du site d'Angkor, fantastique monument, avec ses tours à visages.


Puis visite du Baphûon qui a la particularité d'avoir un gigantesque bouddha couché au deuxième étage de la face arrière (ouest).
On marche à l'ombre heureusement car la chaleur est étouffante. 

Et c'est la meilleure saison parait-il !

Miss Z. est dubitative devant des représentations de divinités.


Mais elle fait un peu de sport quand même pour se défouler les jambes !

Impressionnant de voir comment des arbres de plus de 200 ans ont envahi le temple.


Parfois, on a l'impression d'être dans le film Indiana Jones et le temple maudit.


Quoique le temple de Ta Prohm a plutôt servi pour le tournage du film Tomb Raider, un gros navet hollywoodien pour ados geeks datant de 2003 tiré du jeu vidéo éponyme.



C'est tout pour aujourd'hui, la suite de nos "aventures" dans l'article J3/J4 de demain.


Commentaires