Accéder au contenu principal

Le recyclage à Singapour... ou pas !

Apparemment, l'écologie et le recyclage ne sont pas encore complètement dans les mentalités à Singapour. Pour preuve, nous avons trois pauvres bacs à papier, plastique, verre et canettes en aluminium pour environ 80 appartements dans notre condo. Arrivant de Norvège où il fallait presqu'avoir un DEA Environnement pour comprendre les subtilités des 7 bacs de tris qui allaient jusqu'à la couleur des bouteilles en plastique, le contraste avec les habitudes singapouriennes est plutôt saisissant. Je ne vous parle même pas du nombre de poches en plastique que l'on vous donne au supermarché Fairprice ou Cold Storage du coin. Il n'est pas rare que l'on vous double ou triple le sac en plastique par sécurité quand vous achetez une contenant en verre par exemple.


Pour compenser tout ça, et ayant gardé nos réflexes de scandinaves, il nous arrive lors de nos retours en France une à deux fois par an de revenir avec une boite remplies de piles usagées.


Il y a bien des bornes de collecte d'appareils électroniques mais il n'existe pas de système de recyclage des batteries et piles à Singapour comme on en trouve à l'entrée des grandes surfaces françaises. La plupart des gens jettent donc ces piles à la "poubelle tout-venant". Et ces déchets toxiques seront incinérés ou encore stockés à Semakau, un île au large de Singapour qui sert de site d'enfouissement pour la cité-Etat.



Alors nous faisons notre devoir, puisque  nous continuons Mrs S. continue à trier nos déchets en apportant régulièrement nos 10 kg de cartons et autres emballages plastiques chaque semaine à la benne du condo. Et de temps en temps, elle y fait de belles découvertes car les Singapouriens ont tendance à jeter facilement des objets divers encore en bon état...


Elle y a par exemple récupéré cet arrosoir en acier galvanisé dont elle se sert encore pour le jardinage sur le balcon, 


ou alors ce panier en osier,


ce cadre IKEA dont l'attache au dos était à peine abimée,


ce porte-magazine quasiment neuf,


ce tableau pour enfant avec lequel Miss Z. se régale de dessiner,


ce mandarinier récupéré à peine quelques semaines après le nouvel an chinois,



ou ces livres et guides de voyages divers datant de 2 ou 3 ans !

Bon d'accord, la plupart du temps les objets récupérés sont des produits de marque Ikea et de faible valeur marchande. Mais le clou ça a été la semaine dernière lorsque Mrs S. a eu la surprise de récupérer...


.... un kit de golf complet de marque Powerbilt avec 11 clubs, une douzaine de balles de golf et le sac pour les transporter ! Et l'ensemble semblait avoir à peine été utilisé...


Juste pour avoir une idée, chez Decathlon ils vendent l'équivalent avec leur marque maison pas loin de 500 dollars ! Ben voilà, je sais quoi rapporter à Noël dans mes valises à Papy J. qui voulait se mettre au golf maintenant qu'il est à la retraite.

Et quand on pense qu'en France, tout ce qu'on a récupéré aurait été vendu des fortunes sur Ebay ou Leboncoin. Pour preuve...



Commentaires

  1. Effectivement les habitudes sont très différentes d'un endroit à l'autre... finalement, nous ne sommes pas encore les derniers en ce qui concerne le recyclage, même si par rapport à nos voisins norvégiens sont largement en avance !!

    Papy J va être content de se mettre au Golf !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'était prévu qu'il se mette au golf, ce sera toujours ça d'économisé !

      Supprimer
  2. Ah ouais quand même!! Elle doit y passer même quand elle n'a rien à jeter, sauf un oeil!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouais même qu'à chaque fois qu'elle revient des poubelles je lui demande systématiquement : "Alors t'as trouvé quoi aujourd'hui ?"...

      Supprimer
  3. Pour le recyclage des vieux vetements, il y a des bornes dans tous les magasins H&M. Ca marche vraiment bien.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire