Accéder au contenu principal

Le coût des écoles internationales à Singapour !

Il y a beaucoup d'expatriés à Singapour, c'est bien connu ! Et il y a notamment 12 000 français à Singapour officiellement inscrits au registre des français de l'étranger. Ce qui veut dire qu'il y en aurait officieusement peut-être 15 000 ou plus... Et parmi ces français,  beaucoup inscrivent leurs enfants au Lycée Français de Singapour qui est un établissement conventionné auprès de l'AEFE (Agence pour l'Enseignement Français à l'Etranger). Le LFS (comme on l'appelle) est considéré à Singapour comme une école internationale privée. Et bien sûr, cela a un coût... non négligeable. En effet, pour un élève de maternelle inscrit en classe bilingue,  les frais de scolarité annuels s'élèvent à 17 000 $ (singapouriens certes mais quand même !). On paye en 3 fois mais cela revient environ à 1000 € par mois ! Déjà un sacré budget et pourtant le LFS reste parmi les écoles internationales les moins "chères" de Singapour.

Il suffit de jeter un oeil sur l'infographie ci-dessous :


Source : HoneyKids

Le lycée français pourrait presque faire figure d'école privée low-cost comparativement aux frais d'écolage demandées par les écoles américaines ou australiennes. Elle est quasiment la moins "onéreuse" juste devant l'école internationale indienne !

Donc si on prend en compte les postes de dépenses comme le logement, la voiture et l'éducation, on comprend mieux maintenant pourquoi Singapour a été élue par The Economist ville la plus chère au monde pour la troisième année consécutive.

Et pour certaines familles qui n'ont pas le package expat dans lequel l'entreprise paye intégralement les frais de scolarité, il reste la possibilité de l'école publique locale singapourienne dont les frais n'ont vraiment rien à voir. Si ce n'est que selon sa nationalité les frais sont plus ou moins élevés. Le citoyen singapourien (SC) ne paiera rien ou presque alors que le détenteur d'un passeport de la région (ASEAN) ou celui d'un autre pays (IS) devra payer le prix "fort".


Source :  Strait Times

Tout dépend de ce que l'on compte faire à l'avenir et de la situation à laquelle seront confrontés les enfants : nouvelle expatriation après 3 ou 4 ans, rester définitivement à Singapour ou retour en France.

Edit : plus d'infos sur les admissions en école locale ici !

Commentaires

  1. Malheureusement, pour l'école locale, c'est devenu compliqué voire même mission impossible de la rejoindre.

    Pour une entrée en P1, inscription ordinaire, selon les années il semble qu'ils prennent environ 30% des enfants ( en tout cas c'est ce qui est arrivé à la dernière rentrée) en gros la question c'est de savoir si on a de la chance...et prévoir un plan B...

    Et pour une entrée sur les années suivantes ( P2-P5 et Secondary, attention pas d'entrée en P6 donc compliqué pour un enfant à l'âge charnière) il faut obligatoirement passer le test centralisé d'admission AEIS, sans savoir combien de places ils ont de libres en jeu. Le test est payant et comprend un mélange de test de niveau et de question de QI et leur permet de choisir les élèves qu'ils veulent.

    Là, le taux d'admission pour l'année passée s'esquissait aux alentours de 10% et lorsqu'on parle de tenter une admission en P2 alors qu'on avait été rejeté en inscription ordinaire l'année précédente, le taux d'échec était apparemment de 100%

    A savoir quand on parle budget d'expatriation avec sa hiérarchie... l'école locale n'est PAS une solution garantie.


    http://merichan.com/wp/2015/12/entrer-en-ecole-locale-edition-2016/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Gaëlle pour ce commentaire très instructif !

      Supprimer

Enregistrer un commentaire