Accéder au contenu principal

Haze toujours !


On ne parle que de ça depuis plus d'un mois que ça dure à Singapour et dans les pays voisins. Alors petit rappel sur ce qu'est le haze, ses origines, ses conséquences sur la santé et ce que ça implique pour nous au quotidien.

Qu’est-ce que le haze ?


Le haze est une pollution atmosphérique causée par des particules microscopiques suspendues dans l’air. Le haze à Singapour est généralement causé par les feux pratiqués pour la culture sur brûlis dans les pays voisins tels que l'Indonésie notamment dans les îles de Sumatra et Bornéo toutes proches de Singapour. La gravité du haze est mesurée par un index de qualité de l’air appelé PSI.

Qu’est-ce que le PSI ?


Le PSI (Pollutant Standards Index) est un indicateur de pollution de l’air qui prend en compte 6 différents polluants tel que le dioxyde de soufre, monoxyde de carbone et les particules fines. Ce PSI est mesuré en permanence par un organisme singapourien appelé NEA (National Environment Agency). A Singapour, le polluant de l’air dominant en période de Haze est le PM2.5. Celui-ci est pris en compte dans le PSI.  Plus d'infos sur le site www.haze.gov.sg

Quels sont les effets du haze sur la santé?


Les symptômes les plus fréquents sont l’irritation des yeux, du nez et de la gorge, mais parfois aussi la toux et l’écoulement nasal. Les personnes plus vulnérables peuvent développer des troubles respiratoires tels qu’une crise d’asthme, et exceptionnellement une bronchiolite ou une surinfection pulmonaire. Les enfants, ainsi que les personnes ayant des pathologies respiratoires ou cardiaques, sont considérés à risque en cas de pollution atmosphériques et doivent suivre les recommandations du ministère de la santé.

Que doit-on faire les jours de haze ?


Les premières recommandations en cas de pollution atmosphérique due au haze sont les suivantes (liste non exhaustive) :
  • Réduire les activités extérieures, en particulier les activités physiques qui se traduisent par une augmentation importante de votre fréquence respiratoire
  • Garder les portes et les fenêtres fermées
  • Boire de l’eau de façon régulière afin de diminuer les symptômes de gorge sèche et irritée
  • Le port d’un masque N95 peut être envisagé dans certains cas, en particulier si le taux de pollution est élevé et si on doit rester longtemps à l’extérieur. Attention, le masque doit être adapté à la morphologie de celui qui le porte et doit être ajusté correctement afin d’être efficace et bien toléré.

Sources : Lycée Français de Singapour




Au quotidien, ça veut dire crever de chaud sous ce masque qui gratte les joues et dans lequel on transpire de la moustache dès qu'on est en extérieur par 33° ! Ou alors c'est respirer des particules fines dont on ne sait pas vraiment quels sont les effets à long terme sur notre santé. C'est aussi pas de sport beaucoup moins de sport en extérieur et plutôt la pratique de sport en salle climatisée puisque les clims de dernière génération en tout cas font partiellement le travail des filtres HEPA.

Quelle chance on a de respirer du bon air pur des montagnes en France... Bon ok, ça dépend parce que les particules fines issues des diesels du périf parisien, je ne sais pas si c'est mieux !



Allez, je vous laisse car en bon Singapourien d'adoption que je suis devenu, il faut que j'aille faire ma provision de masques N95 avant qu'il y ait une rupture de stock !






Commentaires