Accéder au contenu principal

Elections à Singapour

Depuis quelques jours, on voyait fleurir à Singapour pas mal d'affiches ou de posters avec ce logo spécifique : un éclair rouge vif au milieu d'un cercle bleu marine !



Ca nous rappelle vaguement le logo d'un super-héros Marvel se déplaçant à la vitesse de l'éclair. Ou peut-être que c'est tout simplement une affiche nous indiquant les dangers de la ligne à haute tension du poteau sur lequel elle est accrochée ? Ah mais non, on reconnait le premier ministre tout sourire Lee Hsien Long qui est en pleine campagne électorale.

En effet, il a eu la bonne idée de dissoudre le parlement à la fin du mois d'août et d'organiser des élections dans la foulée alors que les mandats de 5 ans couraient jusqu'en 2016. Ainsi, le 11 septembre est devenu jour férié cette année pour que les Singapouriens puissent aller voter ! Certains disent que le premier ministre a voulu surfer sur la vague de patriotisme liée au SG50 (les 50 ans de l'indépendance de Singapour) ou pris avantage de la sympathie des Singapouriens suite au décès de son père Lee Kuan Yew un peu plus plus tôt dans l'année... Il est vrai que le parti PAP (People Action Party) co-créé par le père fondateur de Singapour règne en maître à bord depuis un demi-siècle.



Mais en 2011, l'opposition a commencé à pointer le bout de son nez... Et j'ai découvert ces derniers jours dans les rues de notre quartier d'autres affiches avec de belles têtes de vainqueurs et un nom de parti politique digne d'Arlette Laguillier en tout cas pour ce qui est du nom seulement : le Worker Party !



Et ils ont même remporté quelques sièges avec des thèmes récurrents tels que le coût de la vie trop élevé ou le nombre trop important d'étrangers sur l'île (aussi bien les riches expats que les maids ouvriers de la construction travailleurs pauvres des régions voisines). Et oui, il y a plus de 30% d'étrangers sur l'île et seulement 2,5 millions d'électeurs à Singapour qui compte 5 millions d'habitants !




D'ou l'émergence de parti politique tel que SingFirst (Singapouriens d'abord !) où le Jean-Marie local fait 21% des voix sur les sièges qu'il convoitait. Mais un peu comme en football où à la fin l'Allemagne finit toujours par gagner, le PAP emporte 83 sièges sur un total de 89 et comptabilise ainsi presque 70% des suffrages singapouriens.

Apparement, à Singapour le changement c'est pas encore pour maintenant !

Commentaires

  1. Coucou, je ne comprend pas comment marche le vote : s'ils font 20% sur les 10 sièges convoités, ils devraient avoir 2 sièges au final, non ? bises Steph of Norway

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire