Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du septembre, 2014

Les inconvénients du vélo à Singapour

Ça fait tous juste un mois que j'ai acheté mon premier vélo électrique et maintenant que Mrs S. a été convaincue par son utilité et sa facilité d'utilisation, nous avons investi dans le deuxième.

Heureusement ou malheureusement, nous avons repris exactement le même modèle, mais de couleur bleue cette fois-ci...


 ... tout en espérant que le cadre et tous les éléments de fabrication chinoise résisteront plus de 6 mois à la corrosion due à l'humidité de Singapour et ses 80% d'hygrométrie !

Et puis surtout, on voulait le modèle passe-partout, celui que l'on retrouve un peu partout sur l'île et qui passe un peu inaperçu. Car de temps en temps, on aperçoit sur les trottoirs des personnes âgées avec un modèle que l'on nommerait plutôt, disons... chinoise-flashy !



Avec les autocollants et guirlandes kitsches qui clignotent comme un arbre de Noël ainsi que les rétroviseurs, jantes sport et amortisseurs qui leur donnent plus une allure de mobylette ! Sans compter qu…

Salak ou fruit serpent ?

Aujourd'hui, dans la série J'ai voulu tester un fruit local, nous avons voulu essayer un drôle de fruit dont le "packaging" a particulièrement attiré notre regard sur les étals. Jugez par vous-mêmes...

De loin, on dirait un fruit recouvert d'une peau écaillée rappelant celle d'un serpent. Pas étonnant puisqu'il répond au doux nom de salak qui signifie serpent en javanais.


Un petite recherche avec notre ami Google permet rapidement d'en savoir un peu plus.
Le salak (Salacca zalacca) est un petit palmier de la famille des Arecaceae. Il est très épineux, parfois rampant mesurant jusqu'à 6 m de haut. La tige est généralement souterraine. Il pousse à Java et à Sumatra mais son origine reste inconnue. On le cultive principalement en Thaïlande, Malaisie et Indonésie.
Source : Wikipedia


Et quand on ouvre et décortique la "chose", la texture ressemble vaguement à un marron cru ou mal cuit. Pour ce qui est du goût, c'est très particulier, légèr…

Un après-midi au Sports Hub de Singapour

Aujourd'hui, nous sommes allés faire un tour au nouveau Sports Hub de Singapour. Digne du site olympique de Monjuic à Barcelone, ce complexe sportif de plus de 35 hectares réalisé par une filiale singapourienne de Bouygues (oui oui Nico, il n'y a pas qu'à Ahsgabat...), il s'agit d'un temple dédié au sport qui a coûté la bagatelle d'un milliard d'euros !

Situé dans le quartier de Kallang, ce temple dédié au sport comprend entre autres :
- un centre aquatique indoor pouvant accueillir jusqu’à 6 000 spectateurs ainsi qu’un espace de loisirs aquatiques pour le grand public,
- une salle polyvalente de 3 000 places modulable,
- le Singapore Indoor Stadium de 12 000 places,
- un centre d’expositions, un musée du sport et des bureaux pour les associations sportives,
et bien sûr le nouveau stade national entièrement couvert de 55000 places qui a déjà accueilli, peu après son inauguration en juillet 2014, un match entre la Juventus et la sélection nationale singapour…